20 janvier 2023

Dans Brief.science cette semaine, on vous explique pourquoi le trou dans la couche d’ozone se résorbe, on vous étonne avec des souris qui rajeunissent et on vous raconte comment Nicolas Copernic a montré que la Terre n’était pas le centre de l’Univers.

Doses de science

Terres rares

Le groupe minier suédois LKAB a annoncé vendredi dernier avoir identifié « le plus grand gisement connu » de terres rares en Europe, dans le nord de la Suède. Il estime que ce gisement en recèle plus d’un million de tonnes. Les terres rares sont des métaux stratégiques utilisés dans la fabrication de nombreux produits de haute technologie, comme les voitures électriques et les éoliennes. Ils jouent donc un rôle essentiel dans la transition énergétique. La quasi-totalité des terres rares utilisées dans l’Union européenne proviennent de Chine.

Déchets

Une équipe de recherche américaine a développé pour la première fois un logiciel capable de repérer des décharges de déchets plastiques à partir de données satellitaires, rapporte une étude publiée mercredi dernier dans la revue Plos One. Grâce à cet outil, les chercheurs ont identifié un total de 996 décharges dans des pays d’Asie du Sud-Est, soit près de trois fois le nombre de sites recensés par les pouvoirs publics. Leur existence a ensuite été confirmée sur le terrain. L’équipe de recherche a également montré que près de 19 % de ces dépotoirs se trouvaient à moins de 200 m d’un cours d’eau. Elle estime que ces données « peuvent guider une meilleure gestion des déchets et assurer que les déchets terrestres ne finissent pas dans nos océans ».

Foudre

Un consortium européen a mis au point un paratonnerre laser capable de dévier la foudre sur de plus grandes surfaces que les paratonnerres classiques, détaille une étude parue dans la revue Nature Photonics lundi dernier. Le laser permet de retirer les électrons des atomes d’oxygène et d’azote présents dans l’air. L’air devient alors un conducteur électrique et attire la foudre qui descend le long du faisceau sur plusieurs dizaines de mètres. Les auteurs rappellent que les dommages causés par la foudre dans le monde s’élèvent à des milliards de dollars chaque année. Ils estiment que leurs travaux « représentent une avancée importante » pour protéger « les aéroports, les rampes de lancement ou les grandes infrastructures ».

À la loupe

Le « trou » dans la couche d’ozone se résorbe

La couche d’ozone est une partie de l’atmosphère qui protège la vie sur Terre des rayons nocifs du soleil. Les activités humaines ont causé sa dégradation au cours du XXe siècle. En 1987, les pays reconnus par l’ONU ont adopté un traité visant à éliminer les produits chimiques à l’origine de ce phénomène. Depuis plusieurs années, la couche d’ozone se résorbe.

Pourquoi on en parle

La couche d’ozone s’épaissit, selon un rapport [PDF] rédigé par un groupe d’experts mandatés par l’Organisation des Nations unies (ONU) et publié le 9 janvier. L’ozone est un gaz composé d’atomes d’oxygène. Il est présent en faible quantité dans l’atmosphère terrestre. Depuis les années 1980, la concentration en ozone a considérablement baissé au niveau des pôles. Au-dessus de l’Antarctique, l’épaisseur de la couche d’ozone avait diminué d’environ 60 % en 2000 par rapport à 1980, précise l’Académie des sciences, une société savante, dans un rapport [PDF] de 2015. Une couche d’ozone plus fine laisse passer vers la surface terrestre plus de rayons ultraviolets (UV) nocifs pour les organismes vivants. Le groupe d’experts de l’ONU prévoit que la couche d’ozone aura retrouvé son état de 1980 d’ici 2066. Les substances responsables de sa diminution de la couche d’ozone auront alors quasiment disparu de l’atmosphère.

En schéma

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement Brief.science pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte